Script Rocky 6

Publié le par Sly_93


EXTERIEUR – VUE SUR LA VILLE – PHILADELPHIE – LA PENOMBRE



La camera s’arrête sur une vue élevée d’une grand cimetière historique qui surplombe la rivière.

Rocky Balboa est debout sur une petite dalle de pierre avec Paulie. Leurs yeux sont lourds de chagrin et sont baissés vers une plaque mortuaire où il est écrit :

Adrian Balboa
Née le 10 Mars 1950
Décédée le 11 Juin 2000

- Paulie : 4 ans… Le temps passe trop vite.
- Rocky(distant) : ….Pas assez vite.
- Paulie : Où est le gamin ? – Il est en retard. – Il devait venir ici.
- Rocky (faiblement) : C’est bon.
- Paulie : Non ce n’est pas bon. – C’est sa mère.
- Rocky : … Ne dit rien, Paulie.

Il embrasse la plaque.

- Rocky : Tu me manques.

…Rocky se relève et ils s’en vont.

- Paulie : … Je ne reste que quelques heures, O.K ?
- Rocky : Quelques heures... Vas-y, c’est bon de parler de l’ancien temps.
- Paulie (s’en allant) : Ouais, je sais, mais parfois se souvenir de certaines choses, c’est pas si bon.


- Rocky : Je pense que c’est mieux que d’oublier.


EXTERIEUR – BOUTIQUE D’ANIMAUX DOMESTIQUES – LA NUIT


Rocky est garé devant l’ancienne boutique. Paulie est assis dans la voiture.

- Rocky : J’ai lancé des blagues à Adrian tous les jours… Elles n’étaient pas si géniales. Elle souriait quand même…

Rocky regarde derrière, à travers la vitre sale et poussiéreuse de la fenêtre. Il recule.

- Rocky : …Elle avait un si joli sourire.

Rocky regarde de l’autre coté de la rue l’ancienne pancarte "Mickey’s Gym".

- Paulie : Cet endroit… Est tombé en ruine.
- Rocky : Il pourrait être remis en état.
- Paulie : Une perte de temps…
- Rocky : Tu sais, on n’a jamais quitté cet endroit.
- Paulie : Moi si.
- Rocky : Non, on ne l’a pas quitté… On est dans chaque pièce de ces bâtiments.
- Paulie : Je suis pas chaud pour parler de briques… L’horloge dit qu’il est tard, Rocko.
- Rocky : … Reste encore un peu.



INTERIEUR – LA PATINOIRE


Rocky et Paulie sont à l’extérieur de la piste, et regardent sur la glace une équipe de hockey junior s’entraîner avec entrain.

- Rocky : Tu sais, la première fois que j’ai accompagné ta sœur sur cette glace, elle était nerveuse… Elle était très nerveuse et très timide… Et là-bas, quand elle a faillit tomber et que je l’ai rattrapée… C’était la première fois que je la touchais, quand elle est tombée.
- Paulie : … Je sais ça.
- Rocky : Je n’avais jamais ressenti ça depuis, tu sais… C’est comme un clin d’œil…
- Paulie : Un quoi ?
- Rocky (perdu dans ses pensées) : La vie… Elle passe en un clin d’œil, et c’est fini.
- Paulie : J’ai parlé de ça une nuit… On avait finit d’en parler ici.

Le téléphone sonne – Paulie répond.

- Paulie : Ouais… Bien… Je te rappelle dans une heure… Ouais, a plus. (Il raccroche) C’est ma petite amie… Viens, Rocko. On y va.
- Rocky : Dans une minute.
- Paulie (bruyamment) : C’est déprimant. Je déteste ce froid glacial…
- Rocky : C’est quoi le problème chez toi ?
- Paulie : Moi ? C’est toi ! Tu continue a vouloir te souvenir de ce qui est arrivé dans le passé… Tu ne peux rien y changer.
- Rocky : Qui a dit que je le voulais ?
- Paulie : Moi peux être que je veux… Peut être que je ne veux pas penser à tout ça… Oublier c’est mieux que se souvenir.
- Rocky : Pas tellement.
- Paulie : Ouais, et ben pour moi, si ! Qui la maltraitait tout le temps ? Moi ; Je n’ai pas besoin de me souvenir que j’ai…
- Rocky : … Tu savais qu’elle t’aimait.
- Paulie : … Mais je n’ai jamais dit ça non plus… Je ne veux plus y penser.

Paulie s’en va dans la direction opposée. Rocky baisse les yeux et regarde avec nostalgie la glace.


EXTERIEUR – UNE MAISON MODERNE (LAS VEGAS) – LA NUIT


C’est la résidence du Champion du Monde, Mason Dixon… Une lumière à l’étage sort d’une grande fenêtre…

Nous voyons ensuite Mason Dixon assis dans un fauteuil moderne entrain de regarder sa TV à écran plasma. Il est bel homme, fort et vif. Avec sa tête rasée, il ressemble à une sculpture de bronze parfaite.

Sur l’écran de la TV, pendant son dernier combat pour défendre son titre, le public a réagit avec dédain.

- Commentateur n°1 : Je ne me rappelle pas d’un championnat aussi mauvais… Ce n’est tout simplement pas une compétition décente. Pas d’opposants… C’est un vrai désert !

Plusieurs vues du public jetant des coupes de glace sur le ring. Dixon a l’air invaincu.

- Commentateur n°2 : Qu’est ce que dit le vieux dicton ? "Au pays des aveugles les borgnes sont rois". C’est un champion de pacotille…

Publié dans Rocky 6

Commenter cet article

arnaud 17/01/2009 11:32

rocky ma choquer la 1 er foi que je l'ai vue!!!!!! sa sera toujours le plus for!!!! et il travalle beaucoup!!!!!